Des contrôles fréquents dans chaque discipline :

Les effectifs volontairement réduits (25 élèves en moyenne en classe complète) permettent des contrôles hebdomadaires, seuls moyens de vérifier la bonne assimilation des leçons… et d’entretenir une saine émulation au sein des élèves ! Beaucoup, à cet âge là, travaillent encore pour la note.

Il est donc important que les contrôles soient nombreux.

Par ailleurs, en cas d’échec à une interrogation, il est rassurant de savoir que l’on aura toujours la possibilité de se rattraper sur les suivantes.

Une plage horaire est donc balisée dans l’emploi du temps sur laquelle, chaque semaine, vient s’impacter un devoir sur table, que les parents seront appelés à signer. La progression de l‘élève est ainsi évaluée dans chaque discipline, à tour de rôle.

Des dédoublements de classe systématiques


Le dédoublement d’une grande partie des cours permet aux enseignants de mieux connaître et de mieux encadrer leurs étudiants. Systématique en cours d’informatique et de langue, le dédoublement est aussi mis en place en math et français, selon les besoins que nous repérons chez nos élèves.

Des cours de soutien et des  » mini-stages  »


En plus des dédoublements dont bénéficie l’ensemble des élèves, des modules de soutien, gratuits mais obligatoires, sont imposés aux plus faibles. Ils viennent s’ajouter aux heures de cours normales et sont mis en place début octobre, après une phases d’évaluation des besoins menée tout au long du mois de septembre.

Par ailleurs, un « mini-stage » d’anglais de 15 h est proposé gratuitement pendant les vacances de février ou de Pâques, sur la base du volontariat aux étudiants souhaitant renforcer leur 1ère langue. Il a lieu 5 matins de suite, de 9 à 12h. Des oraux blancs sont aussi organisés plusieurs fois dans l’année.

Des visites de stages régulières de la part des enseignants


Pendant leurs 22 semaines de stage en entreprise, nos étudiants ne sont pas livrés à eux-mêmes. Les professeurs du pôle professionnel restent en liaison étroite avec eux et avec leur tuteur : par téléphone la première semaine puis par des rendez-vous sur le terrain ensuite. Ces phases de dialogue permettent de mieux évaluer et de faire évoluer, au besoin, le comportement du jeune en entreprise.

Ce passage en entreprise, surtout la dernière année du cycle, permet d’avoir une idée assez précise des types de poste sur lesquels le futur bachelier pourra ensuite être envoyé. C’est pourquoi nous y apportons une attention toute particulière.