Notre lycée professionnel forme depuis près de 80 ans les jeunes gens de la région attirés par les métiers de la comptabilité, du secrétariat, de l’accueil et de la vente de services.

Il a ouvert en 2009 2 bacs professionnels en 3 ans :

Lucienne ROULLEAU
  • le Bac Pro Comptabilité
  • le Bac Pro ARCU

C’est l’aboutissement d’un long effort familial, étalé sur 3 générations de dirigeantes.

 

Petit flash-back :

Sa fondatrice, Lucienne ROULLEAU, ouvre en 1932 pour les jeunes filles de la région un cours de secrétariat.

A cette époque, peu de femmes travaillaient et plus rares encore étaient celles qui créaient une entreprise : les études étaient alors, pour nombre de jeunes filles, un moyen de s’occuper utilement en attendant le mariage.

Mais c’est dans un tout autre esprit que Lucienne ROULLEAU veut œuvrer. Un mariage à 20 ans rapidement suivi d’un divorce (à une époque et dans un milieu social où celui-ci était fort mal vu) lui a montré combien il était important pour une femme d’être financièrement indépendante, que ce soit de son père ou de son mari.

Elle poursuit donc le but, inavoué mais bien réel, de permettre aux jeunes filles qui passeraient dans ses murs d’obtenir non seulement un diplôme mais surtout un travail, gage d’épanouissement personnel et d’autonomie.

C’est pourquoi, dès les années trente, elle s’emploie activement à « placer » ses élèves dès leur sortie.

Claude ROULLEAU
Après guerre, le pays est en pleine reconstruction puis viennent les « trente glorieuses » années de plein emploi : les secrétaires du cours ROULLEAU, devenu « Etablissement Technique et Professionnel », sont toutes « réservées » par les différents ministères et les PME/PMI du Val de Seine avant même les résultats des examens !

Les effectifs gonflent, au point qu’en 1968, Claude ROULLEAU, jusque là enseignante dans le public, vient épauler sa belle-mère.

C’est sous son égide que l’établissement devient mixte, ouvre une section comptabilité et prépare désormais au diplôme d’état :

  • Le Brevet d’Enseignement Professionnel (dit BEP).

Mais durant les 15 ans qui suivent, la conjoncture économique se détériore, rendant peu à peu le placement des élèves plus difficile car les employeurs sont devenus réticents à l’embauche de débutants.

L’emploi restant l’objectif majeur de la maison, Claude ROULLEAU confie à sa fille, elle aussi enseignante, la mission de renforcer les liens que le lycée a déjà noués avec le monde de l’entreprise au moyen des stages que les élèves de BEP effectuent au cours de leurs études.

Sous l’impulsion de cette troisième génération, l’établissement renforce d’abord sa notoriété en obtenant les Palmes Académiques, que le préfet en personne, M. Jean-Pierre Delpont, remet à sa fondatrice en 1987, puis en passant sous contrat avec l’état en 1990.

Ensuite et surtout, il s’investit dans la formation continue au travers de stages pour adultes réservés à des personnels en poste.

Parallèlement, l’établissement assume en direction des chômeurs des formations tertiaires de longue durée, diligentées par le Conseil Régional, avec un taux de réinsertion professionnelle de l’ordre de 70 %.

Il effectue également des évaluations de compétences professionnelles en secrétariat/comptabilité pour le compte des ANPE locales. Cette double vocation à la formation initiale de jeunes gens sortant du collège d’une part et à la formation continue pour adultes d’autre part lui permet dès lors de répondre à la demande des employeurs recherchant du personnel administratif débutant ou confirmé.

Le lycée assure depuis gratuitement auprès des PME/PMI du Val de Seine des missions de recrutement de personnels tertiaires, ce qui lui donne une très bonne connaissance du terrain, renforcée par un important réseau d’anciens élèves ou d’anciens stagiaires très solidaires qui jouent le rôle « d’informateurs » quand un poste se libère dans leur entreprise.

Avec l’ouverture de 2 Bacs Professionnels, c’est une nouvelle page de l’histoire du lycée qui se tourne. Ce diplôme, devenu l’exigence minimale des employeurs, va permettre aux élèves de trouver plus vite des postes vraiment évolutifs, avec de meilleurs salaires de départ.

Si le Bac Pro Compta est bien connu du grand public, le Bac Pro Service, de création plus récente, l’est moins. Il est pourtant tout aussi porteur d’emplois, voire davantage puisqu’il mixe les compétences requises par le Bac Pro Secrétariat classique et celles demandées aux commerciaux, si indispensables aux entreprises en période de crise.

Quelle entreprise peut en effet se passer d’une secrétaire et d’un commercial ? Aucune. Mais toutes n’ont pas les moyens de financer les 2 postes.

Avec un bachelier Service Accueil, elles auront cette double compétence réunie en une seule personne.

C’est donc pour les élèves de troisième, voire de seconde générale, désireux d’acquérir en 3 ans un diplôme vraiment opérationnel sur le marché de l’emploi une excellente opportunité, comme ils pourront en juger lors de nos portes ouvertes. Sans compter qu’une mention « Bien » au Bac Pro donne désormais automatiquement droit de préparer le BTS, qui reste la voie royale vers l’embauche dans le secteur tertiaire.